Urbanisme : Des plans d’aménagement unifiés pour Rabat-Salé

Sur le plan urbanistique, Rabat et Salé seront désormais unifiées. Les deux villes n’évolueront plus séparément, comme il était le cas dans les anciens plans d’aménagement.
Face à des documents d’urbanisme caducs, l’Agence urbaine de Rabat Salé (AURS) a lancé, juillet dernier, un appel d’offres pour la présélection d’un bureau d’étude pour la réalisation de nouveaux plans d’aménagement, à la hauteur des ambitions de la capitale. Trois bureaux ont passé ce test les 22 et 23 août dernier. Il s’agit du Cabinet Bagdouri, d’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) et de Daniel Arbour & Associés (DAA). L’ouverture des plis pour la désignation du bureau finaliste, qui sera chargé de l’élaboration de ces études, est prévue le mercredi 17 octobre 2007.
D’ici-là, l’oued Bouregreg, qui séparait les deux cités, deviendra dorénavant le lien qui cimentera la relation ancestrale des deux villes voisines. Le tramway représente l’un des éléments majeurs de cette nouvelle vision urbanistique qui se veut cohérente et globale. Rabat Technopolis, urbanisation du Plateau d’Akrach, création de la ville nouvelle de Tamesna… Les nouveaux plans d’aménagement de cette région doivent suivre les multiples chantiers de cette agglomération.
Depuis ces quatre dernières années, le prix de l’immobilier à Rabat est sur un trend haussier. Une tendance qui fait suite à l’ouverture de grands projets structurants que connaît cette métropole, notamment l’aménagement des berges du Bouregreg et de la corniche.
«Actuellement, la conurbation fait face à une évolution urbaine et démographique effrénée caractérisée par la densification du tissu urbain ancien, une forte urbanisation du littoral et l’étalement de l’espace urbain sur les zones périurbaines», explique un responsable au sein de cet agence urbaine.
Dans ce même objectif, on met aussi en exergue la répartition des fonctions et des groupes sociaux donnant naissance à une grande disparité entre Rabat et ses flancs Salé et Témara.
«Salé, ville populaire, fonctionne comme un réceptacle des populations de Rabat. Elle souffre de la dégradation de son paysage urbain trop fragmentaire résultat, des opérations dispersées au gré des opportunités foncières», indique la même source.
Ces évolutions socio-économiques n’ont pas été prévues par les actuels documents d’urbanisme.
En phase d’expiration, l’AURS a lancé donc cet appel d’offres. Dans ce sens, cet établissement veut établir de nouveaux documents «dans le cadre d’une vision prospective reposant sur un aménagement global et cohérent des espaces de la conurbation».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *