Vaste champ de coopération

Les deux journées maroco-britanniques ont démarré hier à Ifrane sous le signe de la consolidation des échanges. Il y a lieu de souligner que la coopération maroco-britannique n’en est pas à ses prémisses. Un certain nombre de projets se sont achevés, d’autres sont en cours. Les documents de l’ambassade de Grande-Bretagne au Maroc indiquent déjà que pour l’année 2000-2001, certaines réalisations ont été concrétisées. Il est à noter que le volet «social» dans son appréhension la plus large, a bénéficié des apports britanniques. Ainsi, en matière des droits humains, un centre marocain de documentation, d’information et de formation dans le domaine des droits de l’Homme a été mis en place. En projet, une coordination avec le ministère de l’Education nationale, pour l’intégration de ce volet dans les programmes scolaires. Par ailleurs, le ministère de la Fonction publique, suite à une visite à Londres au mois de mars 2001, pour mettre en place un projet. Il s’agit de d’instaurer au Maroc de nouvelles procédures de gestion et d’évaluation des compétences.
Des experts britanniques en ressources humaines de l’université de Manchester ont renseigné sur leurs travaux le ministre marocain de la Fonction publique et de la Réforme de l’administration. L’autre projet de réforme a porté sur la réglementation juridique et pénale. Au mois de novembre de l’année dernière, toujours à Ifrane, une rencontre durant 4 jours, entre le ministère de la Justice marocain et une ONG internationale (Penal Reform International ), a examiné les amendements éventuels au code pénal et à celui de procédure pénale.
De même qu’un partenariat avec une école de commerce à Agadir, s’est traduit par l’organisation d’un séminaire en présence de 15 juges des tribunaux de commerce de Marrakech, qui a tenté de familiariser les magistrats avec le monde des affaires.
Les programmes d’alphabétisation, d’éducation et d’actions écologiques n’ont pas été omis. Cela s’est traduit pas un centre d’alphabétisation (200 femmes), la construction d’une école près d’Oujda et des démarches communes avec la société pour la protection des animaux en Afrique du Nord (SPANA) et le zoo de Rabat. A l’approche des échéances électorales en coordination avec l’International Human Rights Law Group, des ateliers de sensibilisation à la démocratie pour les femmes sont en cours. Au menu également, un atelier de quatre jours avec l’European Centre for Common Ground sur la médiation et la résolution participative des conflits sociaux et une coopération dans les NTIC avec le SEPTI et l’université Al Akhawayn (création avec une société écossaise d’un centre de développement des TI), et le consulat britannique.
L’accent est mis sur le développement du secteur électronique tout en focalisant sur les méthodes de collaboration du secteur privé. Ce dernier peut contribuer à la mise à disponibilité des services gouvernementaux en ligne. Le réseau académique «Marwan» sera géré par le Britsh Council en collaboration avec son équivalent «Janet».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *