Vers la réorganisation de la CCG

Trois projets de loi relatifs au domaine des finances ont été présentés jeudi dernier à la commission de la Chambre des représentants pour les finances et le développement économique. Ces projets portent sur la réforme du Crédit agricole et du Crédit populaire du Maroc (CPM) et sur la réorganisation de la Caisse centrale de garantie (CCG).
Le premier projet modifie la loi de réforme du crédit agricole et le deuxième modifie et complète la loi de réforme du CPM telle que modifiée par la loi N-57/00. Ces deux textes entrent dans le cadre de la modernisation du statut de ces deux institutions afin qu’elles puissent s’ouvrir sur de nouveaux domaines et créer de nouveaux partenariats avec les investisseurs, particulièrement institutionnels. Quant au projet de loi modifiant le texte de réorganisation de la CCG, il porte sur la modification de la composition du conseil d’administration (article-5) qui se présente ainsi : 6 représentants de la direction, deux représentants de la Confédération des employeurs la plus représentative, le président du groupement professionnel des banques du Maroc ou son délégué et des représentant des banques. Cette modification a pour objectif de renforcer l’efficacité de cette institution et d’y assurer une représentation équilibrée des secteurs privé et public. Le ministre du tourisme et de l’artisanat, Mohamed Boussaid, qui a présenté les trois projets au nom du ministre de l’économie et des finances, a mis l’accent sur les "importantes réformes" que propose le texte concernant le CPM en ce sens qu’il met en évidence le caractère régional et coopératif des banques populaires régionales, renforce l’indépendance de ces institutions et la modernisation de leur structures et de leur mode de gestion, les incite à mobiliser localement leurs ressources et ouvre la voie à la conversion de la Banque populaire en société anonyme. Selon M. Boussaid, les quatre dernières années ont été marquées par d’importantes réalisations au sein du Crédit agricole, ce qui lui a permis de consolider son rôle dans le financement du secteur agricole, d’améliorer ses méthodes de gestion, sa rentabilité et ses équilibres financiers et de réaliser des résultats positifs nets. La plupart de ses indices bancaires d’exploitation connaissent une amélioration constante, a-t-il dit. Le ministre a saisi l’occasion pour mettre en évidence l’importance de la CCG en sa qualité d’acteur principal de facilitation de l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) aux prêts bancaires. Les députés ont notamment soulevé la question des objectifs des amendements concernant la composition du conseil d’administration de la CCG, réclamant la création d’agences régionales de cette institution pour faciliter l’accès à ses prestations. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *