Vers l’investissement socialement responsable

La notion de « responsabilité sociale » va bientôt déferler dans le paysage managérial marocain. Elle est portée, selon Fouad Benseddik, directeur général Adjoint à Vigeo (l’agence européenne de notation sociale) par des multinationales, elles-mêmes placées sous la pression des opinions publiques, des réglementations de leurs pays d’origine, des marchés financiers (cf. entretien). La première entreprise à initier ce concept au Maroc est le concessionnaire casablancais d’eau, d’électricité et d’assainissement liquide Lydec.
La BMCE Bank a enclenché le processus pour être désormais la seconde entreprise marocaine à être socialement notée. Brahim Benjelloun Touimi, administrateur directeur général de la BMCE Bank, a, lors d’une récente sortie, laissé entendre que la banque allait entamer le processus d’une telle notation. Faisant preuve d’innovation, Lydec a confié à Vigeo présidée par Nicole Notat, ex-secrétaire générale de la CFDT en France, une mission d’évaluation-notation de la responsabilité sociale de Lydec. En s’appuyant sur un référentiel international opposable et précis comportant 38 critères, cette notation a porté de façon exhaustive sur les 6 domaines proposés par Vigeo.
En premier, le respect des droits humains dans la société et sur les lieux du travail. Puis suivent, la valorisation des ressources humaines et l’amélioration continue des relations sociales ; la sauvegarde de l’environnement ; la valorisation des intérêts des clients et des fournisseurs ; la bonne gouvernance d’entreprise ; l’engagement sociétal.
Les résultats obtenus soulignent que Lydec est située aux niveaux « engagé » sur les domaines « Gouvernement d’entreprise » et « Sociétal ». Pour les auditeurs de Vigeo, le concessionnaire casablancais « est non seulement actif, mais l’entreprise assure un haut niveau de transparence et d’efficacité de son gouvernement d’entreprise et de son engagement sociétal ». Concernant les domaines «Ressources humaines », « Environnement » et « Clients-Fournisseurs », Lydec est noté comme une entreprise « active ». Pour Vigeo, Lydec est active dans la prise en compte des objectifs de la responsabilité sociale associés à ces domaines. Quant au domaine « Droits humains », Lydec est située au niveau « prudent ». Pour les auditeurs de Vigeo, l’entreprise « respecte effectivement les droits humains sur les lieux de travail et dans son environnement, sans toutefois faire de leur promotion, un objectif formalisé ». Pour Guy Canavy, Délégué général de Suez au Maroc et directeur général de Lydec, l’importance de la mise à niveau sociale, d’autant plus qu’aujourd’hui la dimension humaine et sociale ne peut continuer à être occulté par celles économiques et techniques, est une priorité de premier ordre.
De son côté, Michel Faure, P-dg de Shell-Maroc estime que l’adaptation sociale en permanence d’une société est indispensable. «Dans un domaine comme les hydrocarbures, le développement ne peut être que sur le long terme. Une licence n’est pas acquise mais donnée », explique-t-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *