Vers une cohésion régionale à forte valeur ajoutée: Casablanca s’ouvre sur sa région

Vers une cohésion régionale à forte valeur ajoutée: Casablanca s’ouvre sur sa région

Une rencontre de concertation entre les différents intervenants dans la gestion de la chose locale pour l’élaboration d’un programme de développement global et cohérent pour toute la région Casablanca-Settat, y a eu lieu. Aussi, initiée par la wilaya et le conseil de la région Casablanca-Settat, cette rencontre a été marquée par la présence du wali de la région, du président du conseil de la région, du président du conseil de la préfecture de Casablanca, du président du conseil de la commune de Casablanca, des élus de la région en plus de plusieurs autres personnalités civiles et militaires. C’est ainsi que pour ouvrir la séance, le Plan de développement du Grand Casablanca a été remis sur la table.

Casablanca promise à un bel avenir…

Le Plan de développement urbain, présenté devant SM le Roi Mohammed VI en septembre 2014, porte sur les problèmes de mobilité, de transport et de schéma routier de circulation. C’est ainsi que lors de la rencontre il a été établi que le budget alloué à ce mégaprojet sera consacré à la modernisation du transport urbain et du schéma de circulation routier dans la capitale économique. L’objectif est d’apporter des réponses claires et audacieuses à la problématique du transport et des déplacements à Casablanca et de ses équipements de base, qui seront renforcés et améliorés. De ce fait, les Casablancais verront leur cadre de vie amélioré grâce à ce plan de développement intégré, qui veille au respect de l’environnement et du cachet identitaire de la capitale économique.

Des ambitions bien définies

Le Plan de développement urbain prévoit, entre autres, l’extension de la ligne du tramway, le développement du parc d’autobus, l’aménagement des routes et la réalisation d’ouvrages d’art et de tunnels. Il vise aussi à promouvoir des projets multidimensionnels pour apporter des solutions efficaces aux problématiques des voiries, de la circulation routière et du stationnement en ville. Il accorde également une place importante au volet socioculturel et à la préservation de l’environnement de la ville. De même, de grands projets sont prévus dans ce cadre, comme la construction d’un grand théâtre et d’un village de sport, la mise à niveau du complexe Mohammed V et de l’espace «La Casablancaise» et la réhabilitation du littoral, de la forêt de Merchich et du zoo d’Ain Sebaâ. En ce sens, le président du conseil de la préfecture de Casablanca, Mohamed Najib Amor, a indiqué que la rencontre est l’occasion de s’informer sur les réalisations accomplies jusqu’ici dans le cadre de l’ambitieux programme de développement de la métropole économique, doté d’un budget de 33,6 milliards de dirhams, et de réfléchir ensemble à de nouveaux mécanismes pour une meilleure concertation entre les conseils élus, d’autant plus que les nouvelles lois organiques exigent la coopération et le partenariat entre ces conseils pour un meilleur rendement des programmes de développement.

Au-delà de la ville, il faut penser région…

Pour sa part, le président du Conseil de la région Casablanca-Settat, Mustapha Bakkoury, a indiqué que cette rencontre offre l’opportunité de mettre en exergue la diversité spatiale et sectorielle, ainsi que les grandes potentialités et atouts dont regorge la région. Aussi, dans l’optique de répondre aux attentes des citoyens de la région, il s’avère nécessaire d’assurer la complémentarité entre les différents plans de développement locaux, la coordination entre les conseils élus et la mobilisation de tous pour assurer des services de grande qualité selon une échelle de priorités qui soit une référence dans l’élaboration de stratégies de développement, a-t-il estimé.
Ainsi, l’objectif sous-tendu par cette nouvelle dynamique enclenchée au niveau de la région est de créer un espace régional complémentaire et cohérent où personne ne doit se sentir marginalisé ou exclu du processus de développement de la région, explique M. Bakkoury.

Casablanca prête à collaborer

Le maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari, a estimé, quant à lui, que l’étape actuelle est celle de la mise en œuvre des choix judicieux recommandés par la régionalisation avancée et la consolidation de la politique de la décentralisation et la déconcentration.

Les nombreux défis qui se posent exigent une réflexion collective et la concertation dans l’élaboration de programmes de développement, a-t-il dit. Aussi, l’approche participative et l’écoute des différents acteurs de la région doivent inéluctablement conduire à une meilleure cohérence entre les conseils chargés de la gestion locale et régionale, ainsi qu’à l’adhésion de tous à la réussite des programmes de développement, a souligné le maire de la métropole économique. Même son de cloche auprès du wali de la région Casablanca-Settat, Khalid Safir qui, intervenant à cette occasion, a tenu à préciser que la ville de Casablanca se doit d’actualiser son programme de développement pour la période 2015-2020, de sorte à tenir compte des impératifs de la nouvelle division territoriale et des nouveaux pouvoirs dont sont dotés les conseils régionaux élus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *