Viandes rouges : Casablanca abrite le premier Salon international de la filière

Viandes rouges : Casablanca abrite le premier Salon international de la filière

Les professionnels de la filière viande rouge se réuniront, du 6 au 8 juillet, à Casablanca pour donner le coup d’envoi au premier Salon international des viandes rouges. Baptisé «MaroCarne», cet événement se veut un rendez-vous B to B pour l’échange d’expérience, le développement des relations de coopération et de partenariat ainsi que la découverte des dernières innovations techniques et technologiques de cette filière.
L’Australie sera donc l’invitée d’honneur de ce premier événement, initié par la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR). Les initiateurs se pencheront, en premier lieu, sur la production en quantité d’une viande de qualité. «Éleveurs, transformateurs de viandes et chercheurs seront tous au rendez-vous pour examiner de près les moyens d’accroître la production et promouvoir la qualité de la viande», a souligné dans ce sens Hammou Ouhelli, président de la FIVIAR. Ainsi, les consommateurs se placeront indirectement au cœur du débat des différents intervenants de la filière, passant des producteurs d’aliments pour bétail aux vétérinaires. En effet, ce salon s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’information et de sensibilisation des consommateurs sur les performances enregistrées en amont et en aval de la filière. Notons que la filière de la viande rouge est dotée d’un contrat-programme dont la date d’échéance est prévue pour l’année 2014.
Ratifié par la FIVIAR et le gouvernement, ce contrat-programme tend à promouvoir l’investissement dans ce domaine. À ce jour, un programme de croisement industriel a été entamé en parallèle à la mise en place d’un dispositif dédié à l’importation de veaux maigres destinés à l’engraissement. En établissant un tour d’horizon de ce qui a été effectué en termes du contrat-programm, M.Ouhelli indique que «sur les 7 projets identifiés en matière d’encouragement à l’installation des projets d’intégrés et d’agrégation, un projet est opérationnel». Il s’agit du «Biobeef», les premiers abattoirs privés sis à Meknès. De même, la mise en œuvre du projet «Univers Géniss», comprenant un atelier d’engraissement, un abattoir et une unité de découpage, est à un stade avancé. La construction du Zoopole d’Ain Jemâa , plate-forme de la formation théorique et pratique des professionnels, est entamée. Le volet de la formation est assuré, pour sa part, par la FIVIAR et les associations œuvrant dans ladite filière. Dans le même contexte, la fédération organise périodiquement des voyages à l’étranger pour s’inspirer de l’expérience des professionnels internationaux en matière de développement de la filière.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *