Ville durable : Les solutions Lydec pour Casablanca

Ville durable : Les solutions Lydec pour Casablanca

Une batterie de services développés pour améliorer la qualité de vie au niveau de la métropole

«Dans le cadre de son Plan d’actions développement durable 2020 (PADD 2020), adopté fin 2014, Lydec s’est fixé, parmi ses engagements, de contribuer à la performance économique et environnementale du Grand Casablanca».

La Journée mondiale des villes, célébrée le 31 octobre de chaque année sous le thème général «Des villes mieux administrées pour une meilleure qualité de vie», était l’occasion pour dévoiler les solutions développées par Lydec à Casablanca. Il faut dire que l’accent a été mis cette année sur «la gouvernance innovante et les villes ouvertes», pour souligner le rôle clé de l’urbanisation en tant que source de développement global et d’inclusion sociale, tel qu’inscrit dans les Objectifs de développement durable des Nations Unies, plus précisément l’objectif 11 sur les villes et les communautés durables. Il s’agit d’un enjeu majeur pour le Maroc.

En effet, près de 10 millions d’habitants devraient s’ajouter à la population actuelle d’ici 2050 au Royaume, selon les projections du Haut-Commissariat au Plan. La population passerait de 33,8 millions en 2014 à 43,6 millions en 2050, soit une croissance démographique moyenne de 272.000 habitants par an. À l’horizon 2050, les villes concentreraient alors 73,6% des habitants contre 60,3% en 2014. Première métropole du Royaume tant en termes démographiques qu’économiques, le Grand Casablanca est un territoire en perpétuelle évolution et porteur de nombreux défis, mais aussi d’opportunités de développement durable. «Pour accompagner ce territoire en forte expansion, Lydec, opérateur structurant de services publics, réalise chaque année d’importants investissements tout en veillant sur la durabilité de la ressource», apprend-on auprès du délégataire. «Dans le cadre de son Plan d’actions développement durable 2020 (PADD 2020), adopté fin 2014, Lydec s’est fixé, parmi ses engagements, de contribuer à la performance économique et environnementale du Grand Casablanca. Pour ce faire, le délégataire casablancais déploie des solutions innovantes et adaptées aux enjeux de la ville de demain», ajoute la même source.

Concrètement, Lydec a mis en œuvre 4 solutions innovantes. Il s’agit tout d’abord de la solution «Urb’Invest», pour contribuer à la gestion efficace et durable des investissements de la ville. «Cette plate-forme intelligente permet le croisement des informations relatives aux réseaux gérés par Lydec avec les données urbaines les plus pertinentes. Lydec détermine ainsi le dimensionnement adéquat de ses réseaux en termes d’extension et de renforcement, afin de permettre à la ville d’investir au bon endroit et au bon moment», explique le management du délégataire. Il y a ensuite la solution «Geo’Invest», pour anticiper et planifier au mieux les interventions et maîtriser les investissements. Selon la même source, il s’agit d’une interface géographique innovante qui permet de localiser à tout moment les projets en cours et de suivre leur état d’avancement technique et financier. Grâce à cette plate-forme d’intégration numérique de la data dans le Système d’information géographique, Lydec dispose d’une vision dynamique de la montée en charge des projets.

Par ailleurs, la solution «E-lot» a été également mise en service pour mieux gérer les dossiers de raccordement des lotisseurs aménageurs. «Dans le cadre de la modernisation de ses services, Lydec a lancé, en avril 2016, une plate-forme dématérialisée de suivi des dossiers des projets de lotissements. Accessible via le Web avec un accès privé et sécurisé pour l’ensemble des lotisseurs ou de leurs représentants (architectes, bureaux d’études, etc.), cette solution smart leur offre un service amélioré et un temps de traitement plus court», expliquent les responsables précisant que «E-lot» permet, en effet, un suivi en temps réel de l’avancement des dossiers de raccordement et une interaction avec les instances chargées du traitement. Un autre service a également été développé pour renforcer la coordination. C’est le 7/24, pour une gestion performante et intelligente des interventions dans la ville.

«Il s’agit du Centre de veille et de coordination. Opérationnel depuis avril 2016, ce dispositif réunit en un seul endroit le centre de relation clientèle, le centre de coordination des opérations, le centre de veille et de conduite centralisée et le centre de gestion de crise. Il permet ainsi une gestion coordonnée des demandes des clients et des interventions sur le terrain par activité et par secteur géographique», informe la Lydec.

La préservation des ressources naturelles n’est pas en reste. Des solutions spécifiques sont développées comme «Smart lighting». Le but est de contribuer à la réduction de l’empreinte carbone de la ville. «Lydec a mis en place un système de gestion durable et intelligente de l’éclairage public dans certains grands boulevards de la ville. Il s’agit d’une solution technologie qui consomme moins d’énergie avec le même niveau d’éclairement. Grâce à un système de modulation de l’intensité d’éclairage à distance, le délégataire adapte la puissance électrique des luminaires au rythme de vie des habitants», explique-t-on.

Pour sa part, la solution «Smart water technologies» vise à préserver la ressource en eau. C’est une méthode innovante pour améliorer l’efficacité de ses actions de lutte contre les fuites d’eau. «Cette solution, appelée la sectorisation avancée, consiste à découper le réseau en petits secteurs, afin de déceler les zones où se situent des fuites ou les incidents. Ce concept innovant est renforcé par un parc de 1.000 pré-localisateurs acoustiques pour la recherche des fuites d’eau. Résultat : près de 41 millions m³ d’eau potable ont été économisés en 2016 par rapport à 1997, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de plus d’un million d’habitants», indique la même source. Dans un autre registre, la valorisation des eaux usées, pour offrir un meilleur cadre de vie aux habitants, occupe une place importante parmi les priorités. Dans ce sens, la Station d’épuration des eaux usées (STEP) de Médiouna est une contribution concrète à la gestion durable de la ressource en eau. Véritable prouesse technologique et environnementale, cet ouvrage, mis en service en 2013, traite 3.800 m³ d’eaux usées par jour, pouvant être réutilisées à des fins d’irrigation agricole.

En 2016, la Fondation Lydec a créé autour de cette station un espace expérimental d’agriculture urbaine de 1.600 m² qu’elle irrigue par les eaux épurées de la STEP. Une façon de sensibiliser et faire de la pédagogie sur la capacité à cultiver des jardins potagers, à valoriser les espèces et la nature et à économiser la ressource en eau. Enfin, la préservation du littoral et de l’océan, pour un littoral 100% dépollué, est également au centre des préoccupations. Pour ce faire, le Système anti-pollution du littoral Est (SAP Est) du Grand Casablanca a été mis en service en 2015.  Cet ouvrage structurant d’assainissement liquide s’inscrit au cœur des enjeux nationaux du développement durable. Le système permet la collecte et le refoulement des eaux usées vers la station de prétraitement «Eaucéan» où les eaux usées sont prétraitées avant leur transfert vers l’océan via un émissaire marin.

Articles similaires

1 Comment

  1. Zirari

    C’est toujours le même bla bla de Lydec. Venez voir la rue Al Jihani à casablanca pour constater bous même son éclairage malgré les multiples réclamations. Elairage d’
    ampoules insuffisant, supports vétustes…..

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *