Villes durables : Les commissions du CESE activent les concertations

Villes durables : Les commissions du CESE activent les concertations

Afin d’établir des recommandations pertinentes et proches de la réalité

Les ateliers de travail thématiques organisés par les commissions relevant du Conseil économique, social et environnemental (CESE) autour des villes durables se poursuivent. La dernière en date est celle tenue, mercredi, pour débattre de la durabilité dans les villes intermédiaires, à savoir des agglomérations aux environs de 500.000 habitants. Le but étant d’analyser la notion de la durabilité sous tous ses aspects afin d’établir des recommandations pertinentes et proches de la réalité.

Ce travail analytique auquel se livrent acteurs de la société civile, institutionnels et bailleurs de fonds devrait aboutir à l’élaboration d’une feuille de route à partir du deuxième semestre de l’année en cours. En organisant ces ateliers, le CESE opte pour un processus d’audition et d’écoute de l’ensemble des intervenants de la conception, de la planification, du développement et de l’exploitation de la ville durable. L’objectif est d’assurer une concertation de l’ensemble des forces ayant travaillé sur le concept de la ville durable pour sortir avec une vision qui définit les nouvelles lignes directrices et orientations à intégrer dans les politiques publiques et locales.

Selon une source proche du dossier, ces ateliers se basent autour d’une approche prospective en vue d’assurer une transition vers les villes durables. Cette transition dépend ainsi de l’adoption d’une méthodologie de conception multidimensionnelle et multisectorielle qui se base sur les principes fondamentaux de développement durable et de gouvernance locale. La transition vers les villes durables devrait s’appuyer sur le nouveau cadre législatif et réglementaire institué par la Constitution et les lois organiques qui régissent les régions et provinces. La transition devrait, également, porter sur une gouvernance participative basée sur l’association de la société civile à la conception d’une vision commune de la ville de demain qui assurerait une compétitivité économique sur les plans national et international ainsi qu’une résilience sociale, environnementale et climatique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *