Vivendi fait le bilan de son action au Maroc

Jean Marie Messier, président-directeur général de Vivendi Universal a fait spécialement le déplacement vendredi 4 décembre pour présenter au Souverain le bilan de la première année de présence de son groupe au Maroc. Le patron du deuxième groupe mondial de communication (après le géant américain AOL Time Warner) a dévoilé le programme d’investissements pour l’année en cours. Pour 2001, le montant investissements du groupe s’élève à 3 milliards d’euros.
L’enjeu de la visite de M. Messier est stratégique à plus d’un titre. Le président de Vivendi est venu pour affirmer l’engagement de son entreprise pour participer au développement des secteurs de pointe de l’économie marocaine.
Au-delà des télécommunications et de l’environnement, le groupe a des visées sur d’autres activités aussi variées que prometteuses, telles que les multimédias, la musique, le cinéma ou l’audiovisuel. Selon des analystes financiers cités par des médias étrangers, il est fort probable que le groupe prend une participation dans la gestion des eaux de la ville de Rabat et s’implique dans le financement d’une chaîne de télévision satellitaire franco-marocaine dont le démarrage serait effectif pour le deuxième semestre 2002.
En attendant de dévoiler ses projets pour le Maroc, jugés comme une plate-forme stratégique, l’état-major de Vivendi Universal se dit satisfait de l’alliance stratégique conclue avec Maroc Télécom. Du moins si l’on en juge par les propos des membres du directoire de l’opérateur, MM. Alexandre Pebereau et François Lucas respectivement directeur général du pôle Ressources et Développement et directeur général du pôle de la téléphonie Fixe et Internet lors de la dernière conférence de presse donnée le 21 décembre 2001. Le partenariat de Vivendi avec Maroc Telecom illustre parfaitement ce que peut entreprendre le groupe dans le Royaume. Le géant français a acquis 35 % du capital de l’opérateur pour un montant de 23,3 milliards de DH. Après cette opération, le groupe a pris en charge dans le cadre d’un consortium constitué par l’ONA et SOMED (groupe maroco-émirati) la gestion de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement des villes de Tanger et de Tétouan.
Aujourd’hui, il est clair que l’implication de Vivendi dans l’économie marocaine se traduira par la concrétisation de plusieurs projets à plus forte valeur ajoutée pour le Royaume. Cette implication drainera certainement d’autres investisseurs de ce calibre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *