Vodafone en embuscade

L’action du groupe de média et de télécommunication Vivendi Universal montait, mercredi 25 février 2004, à la Bourse de Paris, toujours soutenu par les espoirs de voir le britannique Vodafone faire une offre sur l’ensemble du groupe ou sur sa filiale de téléphonie mobile SFR.
Le directeur général de l’opérateur de téléphonie mobile britannique Vodafone, Arun Sarin, avait affirmé lors du congrès 3GSM à Cannes que « un jour, SFR appartiendra à Vodafone ». À 10H30 (09H30 GMT), Vivendi Universal prenait 2,83 % à 22,87 euros, dans un marché en baisse de 0,19% à 3.676,62 points. « Certains disent que le titre ne profite qu’aujourd’hui des déclarations du directeur général de Vodafone », indiquait un vendeur cité par l’AFP avant d’ajouter « Soit il a fait une bourde en disant cela, parce que Vodafone n’a aucun intérêt à faire monter le cours de Vivendi, soit cela veut dire qu’il va retourner voir Jean-René Fourtou (le patron de VU) pour faire une offre sur SFR seulement, ce qui ne sera pas bon pour les minoritaires », expliquait le vendeur. Interrogé sur les risques d’une offre de Vodafone sur l’opérateur français SFR, un porte-parole de VU s’était borné mardi à un « pas de commentaire » d’usage.
Le marché prête ainsi des intentions au Britannique de faire une offre sur tout Vivendi, en commun avec Lagardère qui reprendrait Canal+. Les manoeuvres observées récemment dans la téléphonie mobile ont commencé aux Etats-Unis avec la bataille entre Cingular et Vodafone pour le rachat d’ATT Wireless. Elles pourraient trouver un prolongement en Europe.
La presse britannique, relayée par la Tribune française s’est faite l’écho d’une proposition de rachat formulée par le néerlandais KPN sur le britannique mmO2.
KPN aurait ainsi, selon The Independent on Sunday et The Observer, proposé 110 pence pour chaque action de l’opérateur mobile britannique, valorisant ce dernier à 9,5Mds de livres soit 14MdsE (majoritairement en actions). Intéressé de longue date par la filiale allemande de mmO2, KPN pourrait se résoudre à lancer une offre non sollicitée sur la maison-mère de cette dernière afin de parvenir à ses fins, les pourparlers ayant achoppé sur le prix. L’ensemble de ces manoeuvres sont de nature à impacter l’opérateur national Maroc Telecom.
Grâce à la solide performance de la branche télécommunications qui compense les revenus plus faibles que prévu dans l’édition musicale et la télévision payante, Vivendi Universal a annoncé un chiffre d’affaires pro forma en baisse de 9 % au quatrième trimestre 2003, globalement en ligne avec les attentes des analystes. La téléphonie fixe voit en revanche ses revenus baisser de 12 % à 207 millions au dernier trimestre et de 9 % sur l’année à 841 millions. Compte tenu des résultats de Maroc Telecom, le chiffre d’affaires trimestriel du pôle télécommunication ressort à 2.391 millions contre 2.342 millions attendu. Le chiffre d’affaires est ressorti à 7.215 millions d’euros contre une prévision moyenne de 7.169 millions. À taux de changes constants, il affiche une baisse de 2 %.
Sur l’ensemble de l’exercice 2003, le chiffre d’affaires pro forma s’inscrit en baisse de 10 % (-3 % à taux de changes constants) à 25.354 millions. Une fois de plus, la filiale de téléphonie mobile SFR s’affirme comme le moteur des résultats du groupe avec une accélération de la croissance des ventes au quatrième trimestre. Ses revenus augmentent ainsi de 14% à 1.814 millions au dernier trimestre et de 10 % à 6.733 millions sur l’exercice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *