Voies express : Un investissement de 3,66 milliards DH entre 2008 et 2012

Des investissements de l’ordre de 3,66 milliards DH ont été dégagés pour la réalisation d’un linéaire de 633 km de voies express entre 2008 et 2012 au niveau national.
Pour la réalisation de ce programme, le ministère de l’Equipement et du Transports a mobilisé, en plus de son budget, une part de financement à travers des conventions de partenariat avec notamment les conseils régionaux et provinciaux, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social et l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du nord du Royaume, dont la participation s’élève à 1.310 millions DH. Actuellement, 333 km de voies express sont mises en service, 134 km sont en cours de réalisation et 162 km sont programmés dans le cadre du budget général de l’Etat ou de conventions de partenariat, selon un document du ministère de l’Equipement et du transports. Parmi les principales liaisons en cours de réalisation ou programmées, figurent celles reliant Marrakech-Agadir à Essaouira en passant par Chichaoua sur 113 km (490 MDH), Tanger-Tétouan par la route nationale 2 sur 46,6 km (370 MDH), Meknès-El Hajeb sur 25 km (120 MDH) et Fès-Sefrou sur 22 km (100 MDH). Ce programme, s’inscrivant dans le cadre de la stratégie nationale de développement et de modernisation du réseau des infrastructures routières visant à relier les populations et les territoires, concerne les liaisons à caractère spécifique. Selon le ministère, la réalisation de ces liaisons qui intervient pour faire face à des difficultés ayant trait notamment à une forte saisonnalité du trafic, un fort trafic local ou captif et à la problématique d’accidentologie, tend à assurer la jonction et la continuité du réseau autoroutier, la desserte multimodale (ports et aéroports) et l’accessibilité urbaine, et améliorer les sections terminales des longs parcours. Ces infrastructures entrant dans le cadre du plan de développement du réseau de voies express rapides à caractère régional, sont «conçues pour compléter judicieusement le schéma autoroutier à vocation nationale, anticiper le développement économique des territoires enclavés et desservir des territoires privés pendant longtemps de grands projets routiers», selon la même source. La réalisation des voies routières express vient combiner l’élargissement de la plate-forme pour doubler le nombre de voies, la séparation des sens de circulation, la garantie d’une fluidité du trafic, la connexion directe et sécurisée à la voirie urbaine et de manière générale le maintien d’un bon niveau de service pour l’usager pour un coût substantiellement inférieur aux coûts autoroutiers, précise-t-on de même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *