VU réduit à environ 40,8% sa part dans Vivendi Environnement

Le groupe de services aux collectivités a ajouté qu’il allait proposer aux porteurs de l’obligation OCEANE émise le 26 avril 1999 de renoncer à la garantie accordée par Vivendi Universal, en échange d’une majoration de l’intérêt nominal et/ou de la prime de remboursement des obligations, afin notamment de « consacrer pleinement l’autonomie financière » de VE.
L’augmentation de capital, d’un montant de 1,53 md EUR, a été « intégralement souscrite par le public et par le Groupe des Investisseurs Déclarés (GID) », composé de sociétés des groupes financiers Caisse des dépôts et consignations (CDC), Groupama, BNP Paribas, Société générale, Dexia, AGF, Caisse nationale des Caisses d’épargne, Crédit Lyonnais et Natexis Banque Populaires, selon le communiqué. Le règlement de cette opération, fixé au 2 août, permettra de connaître le pourcentage définitif des membres du GID au sein du capital.
Concernant l’obligation OCEANE émise en 1999, VE en convoquera prochainement les porteurs « pour leur proposer de renoncer à la garantie accordée par Vivendi Universal à cet emprunt et, corrélativement, à la clause d’exigibilité anticipée en cas de défaut de Vivendi Universal ». Cette opération est destinée à « clarifier l’autonomie de Vivendi Environnement par rapport à Vivendi Universal » et n’est pas dictée par des craintes de défaut de VU, a-t-on assuré à l’AFP auprès de VE. « Il est logique, compte tenu de la restructuration du capital de Vivendi Environnement, de clarifier les garanties existant entre les deux groupes, afin que l’autonomie financière de VE soit une réalité », a-t-on précisé.
L’opération répond en particulier à une demande des agences de notation financière, pour lesquelles les garanties liées à cette obligation OCEANE constituaient « une faiblesse sur la visibilité » de Vivendi Environnement, a-t-on encore ajouté. Avant l’augmentation de capital de sa filiale, Vivendi Universal (VU) détenait 47,62% du capital de VE. Le numéro deux mondial des médias et de la communication avait vendu fin juin 15,57% du capital de VE, passant alors sous la barre de 50% du capital.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *