Zone euro : 2002, une année très difficile pour les entreprises

Le constat est amer. Les douze pays de la zone euro devraient connaître cette année une croissance économique modeste de l’ordre de 1,2%, selon les prévisions établies par l’Union des Fédérations Patronales Européennes (Unice).
Le patronat européen observe cependant que cette moyenne cache de profondes disparités. Il indique que si trois pays (la Grèce, l’Irlande et le Luxembourg) atteindront ou dépasseront la barre des 3%, trois autres ( le Danemark, l’Allemagne et la Belgique) ne devraient atteindre que 0,5% à peine. Cet horizon maussade incite à la poursuite et à l’approfondissement des réformes structurelles, estime l’Union. Le patronat regrette par ailleurs que les décisions tardent souvent à suivre les engagements de principe pris au niveau européen.
L’Europe doit devenir son propre « moteur de croissance », a affirmé à cet égard Philippe de Buck, Secrétaire Général de l’Unice cité par le journal belge, Le Soir. Faisant ainsi allusion à la dépendance des pays de l’Union à l’économie américaine.
Pour le patronat européen, l’amélioration relative du climat des affaires ne devrait pas s’accompagner pour les entreprises d’un redressement comparable de leur rentabilité, tout au moins à court terme. Dans près de la moitié des pays de la zone euro, la « profitabilité » des secteurs industriels et des services devrait même se détériorer dans les six mois à venir, souligne-t-il. Sur un autre registre, l’Unice prédit une année 2002 très difficile pour les entreprises dans la zone euro. Elle s’attend à une croissance économique de l’ordre de 2,6% d’ici l’année prochaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *