Zoopôle : 2.120 professionnels et 45 étudiants à former d’ici fin décembre

Zoopôle :  2.120 professionnels et 45 étudiants à former d’ici fin décembre

Plus de 8.000 professionnels ont bénéficié des formations dispensées par le premier zoopôle du Maroc. Opérationnel à peine trois ans, ce centre technique pour le développement des filières animales a abrité plus de 264 sessions de formation.

Pour les six mois à venir, 50 nouvelles sessions seront organisées dans ce centre et ce au profit de 2.165 bénéficiaires dont 45 étudiants et 2.120 professionnels.

Le centre accueillera dans ce sens des professionnels issus de pays de l’Afrique dont le Sénégal, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, le Cameroun, le Burkina Faso et le Mali. Dans un bilan dressé par le département de l’agriculture, pas moins de 126 sessions de formation ont été organisées au profit de 3.356 bénéficiaires entre le 1er janvier et le 31 mai 2017, ciblant à la fois professionnels et élèves des établissements de formation professionnelle agricole. Se référant à l’Association marocaine pour la gestion du zoopôle (Amazo), près de 3.057 professionnels des filières lait, viandes rouges et aviculture ont bénéficié des 117 formations tenues durant cette durée. De même, 117 élèves ont suivi les 9 sessions qui leur ont été dédiées. Ces formations couvrent plusieurs volets comme l’élevage avicole, le management de projets d’élevage de poulet, l’abattage, l’alimentation de la volaille, la valorisation et la transformation de la viande rouge, l’engraissement des animaux, la productivité du cheptel laitier, la réception et stockage du lait et autres.

Pour rappel, le zoopôle, situé dans la commune rurale d’Ouled Azzouz, province de Nouaceur, est géré par les professionnels des filières avicoles, laitière et viande rouge. Elles sont organisées en Association marocaine pour la gestion du zoopôle (Amazo). 

L’Association regroupe ainsi, en plus du ministère de tutelle, la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA), la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et la Fédération interprofessionnelle marocaine du lait (Fimalait).

1 Comment

  1. Muslim

    La filière laitière rapporte gros, surtout si on voit les choses au niveau africain, qui dit formation pour les pays africains dit commerce et vente de vaches…. pour les pays concernés

    Reply

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *