Bonjour

Le pauvre dalaï-lama est interdit de visa en Afrique du Sud. Les autorités sud-africaines ont estimé qu’il n’était pas le bienvenu dans ce pays pour participer à une conférence sur la paix sous le thème: «Le football comme instrument de lutte contre le racisme et la xénophobie». L’argument avancé par nos vaillants leaders sud-africains, champions toutes catégories de la libération des peuples et avant-garde progressiste de l’émancipation de l’humanité, c’est que la visite du cher dalaï ne sert pas l’intérêt national, de l’Afrique du Sud s’entend, surtout à la veille de la tenue de la fameuse Coupe du monde 2010. Il y a quand même, pour rester poli, une grosse incohérence dans cette affaire. Que les Sud-Africains mettent un mouchoir sur les prétendues valeurs de libération qu’ils font semblant de défendre constamment, et sur toutes les estrades, c’est leur problème. Qu’ils se couchent prestement à la suite d’injonctions chinoises, cela les regarde. Mais, à la suite de cette pantalonnade, une bouffonnerie, qu’ils continuent à nous faire croire que le reniement indigne de leur Histoire avec le Maroc, leur soutien incongru au Polisario et leur alignement déshonorant sur les manœuvres d’Alger sont l’expression de pétitions de principes immuables, de valeurs identitaires insécables ou d’une philosophie absolument transcendantale, cela devrait nous faire rire. Et l’on rit de bon cœur. Intérêt national, disent-ils ! Une confondante naïveté ! Ou une sacrée dose de cynisme ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *