Bonjour

Le syndrome Talsint frappe fort. On découvre du gaz au large de Larache — un gisement substantiel — et l’on garde un profil plus que bas. La leçon a servi. Apparemment les autorités marocaines ne veulent plus, dans ce genre d’affaire aussi sérieuse que fantasmatique, verser dans l’euphorie ni dans le triomphalisme. «Nous nous réjouissons…, de t’annoncer, cher peuple, la bonne nouvelle de la découverte du pétrole et du gaz, de bonne qualité et en quantités abondantes, dans la région de Talsint dans les provinces de l’Oriental qui nous sont si chères.» C’est en ces termes que SM le Roi avait annoncé solennellement le 20 août 2000 la découverte lors du discours qui marquait à la fois le 47ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, et le 37ème anniversaire du Souverain. La suite de l’histoire fut moins heureuse. Le pétrole de Talsint s’est évaporé. La parole du chef de l’Etat a été engagée à la légère. Les responsables de ce ratage historique ont fait endosser la responsabilité à Youssef Tahiri, ministre de l’énergie et des Mines. Celui-ci — économiste reconnu, universitaire éminent et cadre du parti de l’Istiqlal —  désavoué, traîné dans la boue, isolé, est mort de peine et de tristesse avant de décéder, à l’âge de 55 ans, le 17 octobre 2004, dans un tragique et banal accident de voiture sur la route nationale reliant Casablanca à El Jadida. Paix à son âme. Que Dieu pardonne à ceux qui n’ont pas assumé leurs responsabilités. Et, cette fois-ci, nous l’espérons de tout cœur, félicitations aux Marocains qui méritent toutes les découvertes du monde.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *