Bonjour

Les escarmouches qui opposent actuellement sur le terrain  le PAM au ministère de l’Intérieur sont étonnantes. Les responsables du PAM critiquent désormais régulièrement le comportement des agents d’autorité à l’égard de leur formation politique. Une fois c’est un gouverneur qui est pointé du doigt, une autre c’est un wali ou plus rarement c’est tout le ministère de l’Intérieur qui est durement stigmatisé. Le profil même des fondateurs de ce parti rend ces récriminations assez curieuses. On ne peut pas dire que ce sont de nouveaux venus dans les affaires publiques et qui ignorent totalement les règles du jeu. Ils les connaissent parfaitement pour les avoir notamment appliquées, en d’autres temps, à d’autres partis. Il reste qu’il semble que nous avons affaire à deux messages croisés. L’un de l’Intérieur vers le PAM : «Vous êtes un parti comme les autres, votre origine, vos relations, vos amitiés ou votre parcours ne vous confèrent aucun privilège.» L’autre du PAM vers l’Intérieur : «Nous sommes un parti comme les autres, notre origine, nos relations, nos amitiés ou notre parcours nous confèrent autant de privilèges que les autres. Pas moins. Nous ne tolérerons aucun excès contraire.» Si nous avons bien compris, les deux entités aspirent à une normalité minimale, croisée et réciproque. Chacun veut traiter avec l’autre comme s’il venait de faire naturellement connaissance. C’est cela qui est plus difficile quand on a déjà fait par le passé un bon bout de chemin ensemble.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *