Bonjour

Le maintien ou l’annulation pour les Marocains du pèlerinage à La Mecque cette année nécessite une prise de décision courageuse. L’affaire est sérieuse et ne peut être traitée par l’évitement ou la fuite en avant aussi docte soit-elle. Il s’agit d’une question stratégique en matière de santé publique. Le pèlerinage est un des plus grands — si ce n’est le plus grand — rassemblements religieux au monde. Il peut devenir dans des circonstances aussi graves que celles que nous impose la pandémie A/H1N1, le plus grand foyer universel de propagation de ce virus mortel. C’est une échelle qui n’est pas du tout comparable à l’échelle mexicaine, pays où ce virus est apparu en premier lieu. Il n’y a aucune commune mesure. Nourrir, loger, transporter, soigner, protéger près de deux millions de pèlerins n’est pas une sinécure. On comprend, compte tenu de ses responsabilités religieuses immenses, que l’Etat saoudien ne puisse pas prendre l’initiative d’une annulation. Mais l’on peut aisément comprendre que d’autres Etats musulmans, dans ces conditions exceptionnelles, agissent de conserve pour alléger le fardeau de ce pays hôte statuaire et limiter au maximum les conséquences sanitaires d’un rassemblement menacé par une pandémie mortelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *