Dialogue de sourds au bord de la Volga

Dialogue de sourds au bord de la Volga

– Toi, tu es diplômé chômeur ?
– Non, pourquoi ? Je suis chômeur mais pas diplômé.
– C’est embêtant pour toi. Tu as peu de chance de trouver un job. Nous, avec un diplôme, on n’y arrive pas.
– Mais, ce n’est pas vrai ; pour être chômeur, on n’a pas besoin de diplôme. Ce n’est écrit nulle part. C’est le monde à l’envers. Sinon il y aurait des écoles pour ça.
– Je crois que tu ne comprends pas ce que je veux dire.
– Si, si je comprends mais tu racontes des bobards. Tu veux me frimer avec ton diplôme. Si les chômeurs ne se respectent plus entre eux, où va-t-on ?
– Prends quelque chose ?
– Non, merci, j’ai déjà bu un café. Et n’essaye pas de me la jouer à l’estomac. Tu ne sais pas à qui tu parles.
– Eh bien, à un chômeur comme moi. Non ?
– C’est ce que tu crois. Tu es certainement un chômeur diplômé d’Azerbaïdjan…
– Non du Caucase…s’il te plaît.
– Mais tu es un amateur.
– C’est toi qui parlais de respect, alors arrête.
– Non je suis sérieux, écoute, je vais t’expliquer un truc.
– Pas de diplôme, pas de truc. À moins de signer avec le PJD pour cinq ans.Tu es en train de rêver mon pauvre gars.
– Ça y est. Toujours ton air de supériorité de diplômé de Novossibirsk…
– Le Caucase…, tu ne veux pas comprendre?
– D’accord, Caucasibirskdjan ou je m’en fou. Mais le truc, tu ne l’as pas. Tu es juste bon pour les sit-in, les grèves de la faim, les manifs, les communiqués et les pétitions… Tu es de la chair à canon pour des politiciens qui pour la plupart qui ne sont pas diplômés comme toi du …
– Du Caucase…
– C’est ça…Alors ces politicards t’utilisent pour leurs propres affaires. Dans l’opposition, ils te font faire la grève de la faim, et une fois au gouvernement, ils te cassent la gueule à coups de matraque.
– Tu as peut-être raison, mais moi je suis un acteur de l’alternance. Je suis entré dans l’Histoire du pays. Des coups de matraque progressistes c’est une avancée démocratique. Ce n’est pas comme toi qui t’acoquines avec des partis réactionnaires qui viennent d’être fabriqués.
– Tu as dit le Caucase…c’est ça. Je viens juste de comprendre.
– Et alors ?
– Non rien.
– Tu voulais dire quelque chose…
– Non pas tout à fait. Sinon je vais me mettre en colère…
– Vas-y, ne te gêne pas. Un chômeur sans diplôme ne casse pas trois pattes à un canard. Défoule-toi…
– Quuuooiii ? Moi, connard ?
– Arrête, j’ai dit canard !
– Ah ! bon je croyais que tu avais dit canard. T’as intérêt à surveiller ton langage avec moi. Je suis pas diplômé comme toi d’Ouzbékistan mais je peux t’arranger rapidement le C.V.
– Alors c’est quoi le truc dont tu voulais me parler ?
– Il faut que tu saches une chose, ignorant diplômé. Dans ce pays, il faut, comme disent les amis du Premier ministre actuel, avoir une légitimité supérieure. Et ce n’est pas ton diplôme de Vladivostok qui va t’aider. Nous avons trois avantages sur toi et tes camarades. Un. Nous avons l’avocat, Me Ziane avec nous. À la barre, soit il obtient gain de cause ou il se tape une crise d’épilepsie. Tu vois, ça marche à tous les coups. Deux, il a un parti libéral derrière ou devant lui. C’est comme tu veux. On tient une réunion au siège de ce parti, le 27 Ramadan. Tu vois la puissance. Les portes du Paradis seront ouvertes, surtout pas pour les communistes refoulés de ton acabit. Et trois, pauvre roturier, nous sommes détenteurs de lettres royales pour trouver un emploi. Notre absence de qualification obsessionnelle n’y changera rien. Qui dit mieux ? Ça va marcher à tous les coups.
– Tu veux dire que chômeur détenteur de lettre c’est mieux que chômeur diplômé ? C’est pas vrai ?
– Oui, monsieur Lénine du chomedu. C’est la réalité réelle. N’est pas chômeur qui veut! En plus avec Ziane, le libertinisme ou je ne sais quoi, est garanti.
– Bien. Alors si je comprends tout à fait avec ce qui me reste de ma thèse sur les particules subatomiques résiduelles dans la culture des fraises blanches à Tchernobyl, un diplômé chômeur détenteur de lettre a une chance de moins de ne pas travailler que celui qui travaille et qui va se faire lourder pour cause de mondialisation globalisée. N’est-ce pas ?
– Oublie ça, dis-moi, il y a combien d’Universités au Kazakhstan ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *