Édito

Édito

Dès l’annonce de la victoire de Driss Lachguar, nouveau premier secrétaire du parti, les prémices d’une crise interne ont commencé à paraître. Ahmed Zaidi, candidat malheureux, s’est retiré après l’annonce des résultats, rejoignant ainsi une autre figure historique de l’USFP, Fathallah Oualalou qui avait quitté le congrès juste après son élimination au premier round. Ali Bouabid, membre du bureau politique, a, pour sa part, démissionné du parti. Sur ce plan déjà, l’USFP a échoué à metre un terme à la fuite des cadres qui dure depuis le 6e congrès, alors que le 9e congrès était présenté comme un nouveau départ pour le parti. La nouvelle direction se trouve, par ailleurs, face à un très grand défi. Elle doit préserver l’unité du parti alors que les mauvaises langues évoquent déjà un remake du dernier congrès de l’Istiqlal.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *