Édito

Édito

Après le rapport du FMI (Fonds monétaire international) et le conseil d’administration de Bank Al-Maghrib, le ministère des finances vient de publier sa note de conjoncture relative au mois de décembre 2012. Deux notions sont à retenir dans cette note: resserrement des trésoreries bancaires et contraction des avoirs extérieurs nets. Loin du jargon technique et des données statistiques, le constat reste le même. Le pays se trouve actuellement face à de très grands défis économiques. La question qui se pose aujourd’hui ne concerne même pas la solution à ces problèmes devenus chroniques au fil du temps, puisque toute solution nécessitera du temps et encore plus de choix difficiles, voire impopulaires, mais la préoccupation majeure du moment concerne la capacité de nos institutions, notamment le gouvernement, à maîtriser et gérer toutes les difficultés économiques du pays. C’est à ces moments-là de difficulté et de crise que les responsables doivent montrer de quoi ils sont capables pour sortir le pays de cette situation.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *