Édito

Édito

Depuis son arrivée à la tête du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat n’a pas cessé d’occuper le devant de la scène politique. Si les relations entre la nouvelle équipe dirigeante du parti de la balance et le PJD, chef de file de la majorité, traversent une zone de turbulence depuis un certain moment, l’Istiqlal sous Chabat vient d’ouvrir un nouveau front avec un autre parti de la majorité gouvernementale. La situation est d’autant plus intrigante que ce parti, qui n’est autre que le PPS, est un allié de longue date de l’Istiqlal. Les deux partis étaient en effet membres de la défunte Koutla démocratique qui les associait depuis les années 70 à l’USFP. Les premières tensions entre les camarades de Nabil Benabdellah et les Istiqlaliens sont apparues quelque temps juste après la prise de fonctions de Lhoussaine Louardi (PPS) au ministère de la santé. Et pour cause, le ministre ne s’entendait plus avec son secrétaire général, Rahal El Makkaoui, qui est membre du comité exécutif de l’Istiqlal aujourd’hui et l’un des proches collaborateurs de Chabat. Reste maintenant à savoir si la majorité réussira cette fois-ci à dépasser cette polémique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *