Edito : Budget 2026…

Edito : Budget 2026…

En attendant la traditionnelle lettre de cadrage du chef de gouvernement, qui tombe généralement entre la mi-juillet et la mi-août, les premiers échauffements pour le projet de loi de Finances 2019 démarrent cette semaine avec une réunion de la majorité.

Même si c’est la deuxième fois de son mandat que le gouvernement El Othmani va procéder à cet exercice de bout en bout et qu’il commence donc à se roder, le prochain budget sera encore plus un casse-tête. D’abord parce que le dialogue social a généré des dépenses supplémentaires, augmentations de salaires, améliorations des prestations sociales et autres gratifications, qui viendront alourdir davantage les dépenses de l’Etat. Ensuite, il faudra voir comment le gouvernement traduira, en chiffres et dépenses, d’autres réformes très attendues comme des retraites ou encore l’application des dispositions de la feuille de route de l’éducation ainsi que celle de la santé. Mais ce n’est pas tout.

Les chefs d’entreprises seront certainement aux aguets à la rentrée puisque rebiffés avec l’arrivée d’un nouveau patron à la CGEM qui tentera probablement de marquer d’entrée de jeu son territoire en faisant le moins de concessions possibles. Et enfin, pour compliquer encore plus la donne, le gouvernement devra s’ingénier à trouver de quoi financer le lancement de tous les chantiers pharaoniques annoncés, promis et consignés noir sur blanc devant la communauté internationale à l’occasion de la candidature pour le Mondial 2026. TGV jusqu’à Oujda et Agadir, ligne ferroviaire méditerranéenne entre Oujda et Tanger, une autoroute jusqu’à Ouarzazate et une autre reliant Marrakech à Fès. Si l’on prend le gouvernement au mot, tout cela devra être prêt en 2026 donc lancé aujourd’hui…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *