Edito : Case nationale

Edito : Case nationale

En attendant du concret au sujet du nouveau modèle de développement, quelques idées simples et exemples mériteraient d’être médités.

Si aujourd’hui, il est évident que le Maroc a opté, à juste titre, pour une économie extravertie, à travers l’export et les métiers mondiaux, il n’a, en revanche, pas été bon sur l’application. Une économie extravertie est censée générer de la valeur ajoutée et des richesses et pas le contraire. Or quand on scrute la balance commerciale, et particulièrement le déficit, il va sans dire que le Maroc n’en sort pas gagnant pour l’instant.

Avec un pays comme la Chine, par exemple, le Maroc perd chaque année 37 milliards DH en devises auxquels il faut ajouter toutes les répercussions sur le tissu d’entreprises marocaines qui souffrent de la déferlante chinoise, voire qui ferment leurs portes. Une économie extravertie suppose des entreprises conquérantes et agressives. Mais une entreprise ne peut pas être compétitive en dehors de ses frontières si déjà elle ne l’est pas sur son propre marché domestique.

C’est comme demander à une équipe de foot de gagner tous ses matchs à l’extérieur alors qu’elle n’y arrive même pas à domicile, sur son terrain et devant son public. Et la thèse selon laquelle la taille modeste du marché national ne permet pas aux entreprises marocaines d’atteindre la taille critique pour pouvoir réaliser des économies d’échelle est démentie depuis longtemps par plusieurs exemples à travers le monde. La Corée du Sud est un marché à peine plus grand que le Maroc.

Dans les années 70, ce pays réalisait un PIB d’à peine 9 milliards de dollars contre 4 milliards pour le Maroc. Aujourd’hui, le PIB de la Corée du Sud représente 15  fois celui du Maroc et ses firmes, comme Samsung, Hyundai, LG, sont devenus leaders mondiaux mais après s’être d’abord imposés sur leur propre marché. Au Maroc, les banques ont suivi le même cheminement. Mais il faut que le reste suive et s’en inspire…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *