Edito: C’est grave docteur

Edito: C’est grave docteur

Les dernières prévisions du Haut-Commissariat au Plan sont intéressantes à plusieurs égards en particulier celle relative au taux d’endettement.

Ahmed Lahlimi, notre haut-commissaire au Plan, nous apprend ainsi que le taux global d’endettement devrait atteindre plus de 66% du PIB (Produit intérieur brut).

C’est tout simplement grave. Car sous d’autres cieux, notamment en Europe, dès qu’un pays franchit la barre de 60% d’endettement, il est placé dans la zone rouge et peut même faire l’objet de sanctions si rien n’est fait pour faire revenir la dette à des niveaux soutenables.

Il est vrai que notre dette est essentiellement intérieure et que la dette étrangère n’atteint pas encore le même niveau. Cependant, les risques sont tout de même importants parce que la dette publique marocaine est presque d’un processus en constante hausse depuis les dernières années. Il est urgent aujourd’hui non pas de stabiliser la dette mais de faire en sorte à la faire revenir à des niveaux assez corrects. Enfin et du moment que la dette publique est aussi calculée en chiffres nominaux et par habitant, il serait «fun» de connaître la part de chaque Marocain de la dette du pays. ça donne déjà des frissons.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *