Edito : Commerce équitable

Edito : Commerce équitable

La conception américaine du commerce international est conforme à sa conception du business.

Gagner moins d’argent est tout aussi grave que d’en perdre. C’est exactement le cas aujourd’hui de la Turquie. Pour ceux qui ne comprennent pas cette montée de fièvre subite du côté américain, il suffit de regarder les chiffres pour avoir un début de réponse. Le premier constat étonnant est que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les Etats-Unis ne perdent pas d’argent avec la Turquie. Les échanges commerciaux entre les deux pays sont nettement en faveur des Américains avec un excédent pour ces derniers de l’ordre de 330 millions de dollars en 2017. Sauf que cet excédent est largement en deçà de ce qu’il était en 2014 quand les Etats-Unis dégageaient un excédent de 4 milliards de dollars de leurs échanges avec la Turquie.

Il se trouve qu’en l’espace de quatre ans, la Turquie a nettement réduit ses importations en provenance d’Amérique de 11 à 9 milliards de dollars en augmentant en même temps ses exportations vers le marché américain de 7 à 9 milliards de dollars. Et c’est justement ce qui semble irriter l’administration américaine qui s’est rendu compte qu’elle gagnait moins avec les Turcs. Une telle posture est parfaitement légitime.

Le Maroc est d’ailleurs bien placé pour connaître le sens du commerce chez les Turcs pour avoir signé un accord de libre-échange avec eux. Il serait intéressant d’évaluer ce que le Maroc perd chaque année à cause de cet accord qui est loin d’être gagnant-gagnant.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *