Edito : Cour des comptes, la même chanson

Edito : Cour des comptes, la même chanson

Aujourd’hui, les dysfonctionnements relevés par la Cour des comptes concernant le plan d’urgence de l’enseignement 2008-2012 feront la Une des journaux et animeront les réseaux sociaux.

Mais après ? Sommes-nous toujours condamnés à sauter sur les rapports successifs, en faire les choux gras avant de passer à d’autres actualités plus croustillantes ? A quoi bon confectionne-t-on des rapports si aucun coupable n’est présenté à la justice et si aucun des dizaines de milliards n’est retrouvé ou récupéré par l’Etat ? A quoi servent des institutions qui ne sont là que pour constater les dérapages après coup? Il faut aujourd’hui changer de logiciel.

Il faut plus d’efficacité, sinon et malheureusement, cet exercice et ce travail remarquable effectué par les organes de contrôle risque d’avoir un effet inverse auprès de l’opinion publique. Car ces questions que nous nous sommes posées ici finiront certainement par être posées à grande échelle. Quelle réponse y sera-t-elle alors apportée ?

Il suffit de voir la quantité des rapports produits au cours des dernières années pour comprendre que ces documents, si utiles soient-ils, restent pratiquement lettre morte. Le Parlement donne également l’impression d’être aux abonnés absents. Alors à moins que l’on veuille uniquement produire de la documentation pour les besoins des Unes des journaux et des chercheurs en herbe, il faut agir et au plus vite.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *