Edito : De l’inclusion économique

Edito : De l’inclusion économique

La dernière annonce relative à la distribution de terres agricoles aux petits exploitants pourrait ouvrir de nouvelles pistes très intéressantes et à fort potentiel.

Il y a aujourd’hui des centaines de milliers de petits fellahs qui exercent dans le secteur mais sans réellement d’effets induits sur leur environnement. Pourquoi? Parce que, avec les régimes du droit foncier compliqués et complexes au Maroc, on se retrouve aujourd’hui avec une multitude de petites exploitations de taille microscopique dont la production est vivrière ou encore avec des exploitants non propriétaires de leurs terres et donc en dehors des circuits de financements. C’est à cela que le ministère de l’agriculture veut justement s’attaquer en faisant finalement de l’inclusion.

Car en permettant à un petit agriculteur de s’approprier les terres, on lui ouvre d’abord  la voie vers la bancarisation et les possibilités d’investissement. Ce faisant, la petite agriculture familiale peut elle aussi se moderniser, se développer, améliorer ses performances, générer des emplois et créer de la valeur. Ce schéma peut, et doit, en fait être dupliqué dans d’autres secteurs. C’est ce qu’on appelle l’inclusion économique. Pour monter en cadence, en termes de croissance, le Maroc n’a pas le choix : il doit puiser dans des gisements encore inexploités qui sont ces pans de la société laissés en marge.

Si demain on distribue 1.000.000 d’hectares à 100.000 agriculteurs et si chacun d’entre eux embauche ne serait-ce que 5 personnes, ce sont au bas mot 500.000 emplois qui seront créés avec tous les effets induits en termes de revenus, de consommation, de demande sur les produits d’équipement, de comptes bancaires, entre autres. On pourrait en dire autant, autre exemple, pour le million de chômeurs qui, s’ils étaient inclus dans la boucle, constitueraient aujourd’hui autant de ménages et donc de source de croissance interne pour notre économie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *