Edito : Désillusion

Edito : Désillusion

Quand, il y a sept ans, ils tenaient à plier une page de leur histoire, les Tunisiens se voyaient déjà comme étant la démocratie la plus avancée de la région.

C’est en tout cas, et malheureusement, ce qu’une partie de la classe politique et de l’élite a vendu et fait miroiter au peuple tunisien. La thèse et les arguments de ceux qui ont véritablement manœuvré à la marge sans être vus, puisque cachés derrière et parmi les masses, se résumaient à dire que tout autre système ne pouvait être que meilleur que celui en place à l’époque.

Bien entendu, les masses populaires ont suivi le mouvement mais pas toujours en connaissance des vraies causes. Sept ans plus tard, et malgré le changement qu’on prévoyait vers plus de démocratisation, une bonne frange des Tunisiens se rend compte malheureusement qu’en 2011, on lui a vendu des mirages. Le pays ne s’en porte pas mieux. Son économie a sombré en 2011 et n’arrive toujours pas à retrouver son dynamisme.

Le chômage des jeunes dans les grandes villes du pays est à des niveaux élevés et inquiétants. L’Etat tunisien lui-même est endetté et peine à remettre les finances publiques sur les rails. Et paradoxalement, alors qu’ils reprochaient aux anciens gouvernants la mainmise sur la politique à travers des élections toujours «manipulées», les Tunisiens ne semblent pas pour autant réconciliés avec la politique. Il n’y a qu’à voir le faible engouement pour les élections communales de ce dimanche 6 mai, les premières dans l’histoire du pays. C’est dire l’ampleur de la désillusion, de la déception et du sentiment d’avoir été manipulés.

La Tunisie n’est qu’un énième exemple qui confirme la règle universelle selon laquelle il est beaucoup plus facile de détruire que de construire. Il est toujours plus facile de critiquer, de décrier, de vociférer que d’apporter des solutions tangibles et d’agir…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *