Edito : Drame

Edito : Drame

La saison des pluies arrive et avec elle les menaces des effondrements des maisons menaçant ruine.

Et ce qui devait arriver arriva, notamment à Casablanca où deux maisons, dont l’une n’était pas occupée, se sont effondrées hier mardi dans l’ancienne médina. Selon un bilan qui était toujours provisoire au moment où nous mettions sous presse, les autorités locales de la préfecture d’arrondissements de Casablanca-Anfa faisaient état d’une femme blessée et deux autres personnes portées disparues à la suite de cet effondrement. Ce ne sont pas les premières maisons effondrées dans une ville comme Casablanca où les habitations menaçant ruine sont légion et pèsent comme une épée de Damoclès sur les occupants, mais également sur les passants qu’ils soient hommes, femmes ou enfants.

Autant dire que le moindre incident comme celui qui vient de se produire dans l’ancienne médina de Casablanca peut causer un véritable drame et que le nombre de victimes peut être multiplié à l’infini en l’absence de mesures pour mieux encadrer ce problème. Du temps de l’ancien ministre de l’habitat, plusieurs drames avaient eu lieu avec beaucoup de victimes dans plusieurs villes.

Pourtant, rien n’a encore été fait concrètement pour que la problématique de l’habitat menaçant ruine soit réellement derrière nous. Il est ainsi légitime de se demander combien il faut  encore de victimes pour que le ministère de tutelle se décide enfin à agir. Et de grâce, finissons-en avec les commissions et les rapports qui ne font que calmer les ardeurs…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *