Edito : Effort ciblé

Edito : Effort ciblé

Construire un nouveau modèle de développement, et de croissance aussi, au Maroc n’est pas une option à prendre à la légère.

Il s’agit même d’une urgence absolue aujourd’hui pour le pays de trouver de nouveaux facteurs pour booster la création de richesses, de donner à la croissance plus de consistance en termes d’emplois et de mettre en place les mécanismes pour une meilleure diffusion des bienfaits de cette croissance. C’est une urgence parce que tout simplement toutes les études et analyses les plus récentes, dont particulièrement une produite par des chercheurs de Bank Al-Maghirb, démontrent que, dans tous les cas, l’économie marocaine dans sa configuration actuelle ne peut pas faire mieux en termes de croissance et d’emplois parce que son potentiel de croissance théorique est limité. Sur la première partie de la décennie 2000, la croissance réelle a même été légèrement supérieure au potentiel. Mais depuis la crise de 2008, tous les indicateurs confirment un essoufflement. Mais paradoxalement, l’effort de l’Etat n’a jamais été aussi important en termes d’investissements publics, presque 200 milliards DH

en 2018.

Le Maroc, de l’aveu même du ministre des finances, est l’un des pays au taux d’investissement le plus élevé au monde. Cela veut dire que beaucoup d’autres pays avec un moindre effort réalisent de meilleurs résultats. Autrement dit, l’efficacité et le rendement de l’investissement public n’est pas fonction du volume mais beaucoup de son ciblage sans lequel on continuerait à dépenser des milliards inutilement…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *