Edito : Et maintenant, on fait quoi ?

Edito : Et maintenant, on fait quoi ?

Au regard de l’évolution observée ces dernières semaines, une grande question est dans tous les esprits : si les cours mondiaux du pétrole poursuivent leur montée dans les jours et semaines qui viennent, qu’adviendra-t-il des prix à la pompe ?Logiquement et sur la base du système actuel, ces prix devraient inéluctablement suivre une tendance haussière. Sauf si le gouvernement a prévu un autre plan. Mais est-ce le cas ? Aujourd’hui visiblement la réponse est non, c’est du moins ce qui est reconnu auprès des opérateurs privés. Le ministre en charge de cet épineux dossier a passé des mois et des mois à tourner autour du pot sans être capable de trancher et surtout de reconnaître l’erreur originelle commise au moment de la réforme de la compensation, ou plutôt sa suppression.Ce qui est étonnant c’est que la question posée aujourd’hui devait l’être au moment de la prise de décision. Mais connaissant la tendance de certains politiciens à préférer plus le show et le populisme, ils ne pouvaient pas rater une si belle opportunité à la veille du rendez-vous électoral de 2016.Aujourd’hui, c’est exactement la même logique électoraliste qui prévaut encore en dépit de la gravité de la situation : à commencer par le ministre en charge du dossier lui-même, personne dans son parti n’a encore osé et n’osera dire la vérité aux Marocains, à savoir que la décision sur la compensation a été techniquement très mal préparée et mise en œuvre car ce qui primait à l’époque pour certains du même bord, c’était d’en tirer un profit électoral maximal. Mais maintenant, on fait quoi ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *