Edito: Faire le bonheur des autres

Edito: Faire le bonheur des autres

Le CESE a jeté un pavé dans la mare en affirmant que le Maroc est déficitaire dans tous les accords de libre-échange qu’il a conclus. Alors qu’ils doivent être bénéfiques dans les deux sens, notre pays voit ses accords tourner en sa défaveur.

Si l’on peut bien comprendre que la balance commerciale penche pour les Etats-Unis ou l’Union européenne, il est tout à fait incompréhensible que ce soit le cas également avec d’autres pays similaires au nôtre sur le plan économique. La situation est d’autant plus compliquée que notre industrie dépend elle-même beaucoup trop des importations.

Cette question mérite aujourd’hui d’être prise très au sérieux car à quoi bon signer des accords de libre-échange si notre économie n’en profite que peu ou pas du tout?

Cela peut paraître superficiel, mais sans une industrie capable de s’exporter il n’y aura point d’emploi, le PIB s’immobilisera, le déficit de la balance commerciale se creusera, les réserves en devises s’effriteront et nous réussirons probablement une chose en faisant le bonheur de ceux qui savent profiter des accords de libre-échange.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *