Edito : Indifférence honteuse

Edito : Indifférence honteuse

Le Haut-Commissariat au Plan vient de sortir une statistique qui devrait faire honte à tous : presque 250.000 enfants âgés entre 7 et 17 ans travaillent.

Cela existe encore dans un Maroc qui, il y a quelques jours encore, voulait se mesurer aux grandes nations développées de ce monde pour l’organisation de la Coupe du monde. Il y a même pire selon les statisticiens. Quelque 162.000 d’entre eux effectuent des travaux dangereux. Pour des enfants de cet âge, en guise d’activité, il n’y a qu’un et unique endroit naturel et obligatoire : l’école et rien d’autre. Comment peut-on encore accepter une telle réalité comme si de rien n’était ? Qu’ils soient 10.000, 100.000 ou un million cela ne change rien à la donne. Que peut-on attendre d’une société qui fait preuve d’une telle indifférence allant jusqu’à laisser des centaines de milliers de ses enfants, les adultes et citoyens de demain, en situation de détresse au vu et au su de tous ? L’Etat est, certes, responsable, mais pas seul. Il est responsable pour ce qui est des politiques publiques, des lois, de leur application, du contrôle et de la sanction. A côté du public, il y a tous les autres acteurs : les partis politiques, les élus, les associations, le secteur privé, les médias, les citoyens…C’est véritablement un combat collectif.

Le niveau de conscience d’une société se mesure par l’intérêt que ses composantes portent à la protection de l’enfance parce qu’elle est tout simplement l’avenir.

Et dire qu’en ce début de semaine, l’opinion publique, canadienne cette fois-ci, est sous le choc et mobilisée depuis la publication d’un rapport, baptisé « Campagne 2000 », selon lequel 450.000 enfants canadiens vivent dans des familles dont le revenu est inférieur à l’équivalent de 30.000 DH par mois. A chacun ses niveaux de gravité…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *