Edito : Insécurité routière

Edito : Insécurité routière

Les routes continuent de tuer toujours autant. L’insécurité routière devient ainsi une véritable problématique où se mêle le social à l’économique.

En termes de vies humaines, les stratégies successives et les plans d’action urgents n’ont pas permis de réduire le nombre des victimes. Les chiffres sont édifiants. Rien que pour la semaine allant du 15 au 21 octobre 2018, les services de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) ont recensé un total de 18 personnes tuées et 1.876 autres blessées, dont 71 grièvement, dans 1.413 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain. C’est le triste bilan d’une réalité devenue quotidienne depuis pratiquement des décennies.

Alors que des vies humaines sont en jeu, les comportements de certains usagers laissent tout simplement pantois. Car selon la DGSN, les accidents de la semaine passée sont dus principalement à l’inadvertance des piétons et des conducteurs, au non-respect de la priorité, à l’excès de vitesse, au changement de direction non autorisé, au changement de direction sans usage de signal, au non-respect des feux de signalisation et du stop, au défaut de maîtrise des véhicules, à la circulation sur la voie de gauche et en sens interdit, à la conduite en état d’ivresse et au dépassement défectueux. Ces données doivent aujourd’hui interpeller tout le monde, car il faut arrêter au plus vite l’hécatombe sur les routes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *