Edito : Intelligence collective

Edito : Intelligence  collective

Même s’il n’est qu’à ses débuts, le programme de financement des entreprises a déjà cela de bon : il a déclenché une grande vague de mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés plaçant la TPME et les jeunes porteurs de projets au centre des préoccupations de toute la communauté.

Avant donc son démarrage effectif, le programme a généré une dynamique positive et prometteuse qui ne peut que faire du bien à tous et ce à plusieurs égards. Premier effet positif : des acteurs publics, privés, institutionnels et autres, qui n’avaient pas forcément l’habitude de toujours collaborer d’une manière aussi proche et structurée, se sont enfin mis ensemble à table pour parler et travailler collectivement sur un sujet commun.

Le deuxième effet positif du programme est qu’il a poussé à une remise en question des méthodes et une mise à plat des process de la part d’acteurs qui, le plus souvent le nez dans le guidon, n’ont pas l’occasion de prendre de la hauteur.

Le troisième effet positif, et non des moindres, est que cette mobilisation générale est de nature à redonner confiance à l’entreprise de manière générale et aux jeunes en particulier en les assurant du soutien de la communauté car, in fine, l’acte d’entreprendre et d’investir est d’abord et avant tout fondé sur la confiance.

Pour la suite, la réussite du programme dépendra en grande partie de la capacité des acteurs et partenaires à garder ce même niveau de mobilisation et surtout cet esprit de travail collectif. C’est un exemple inédit de partenariat public-privé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *