Edito : Le cas Tanger

Edito : Le cas Tanger

Le cas Tanger fait incontestablement le consensus : la ville s’est transformée à une vitesse fulgurante sur les dix dernières années pour être aujourd’hui presque méconnaissable par endroits. C’est un cas qui devrait forcément interpeller les faiseurs de politiques publiques ainsi que les élus à l’échelle territoriale et régionale quant aux opportunités parfois insoupçonnables que recèle le territoire. La ville de Tanger n’était pas forcément prédestinée à devenir une plate-forme industrielle de rang mondial dans le secteur de l’automobile.Qui aurait cru, aussi, que Tanger pouvait devenir en 2018 une capitale de l’industrie textile marocaine. Aujourd’hui le plus gros de la production marocaine d’habillement pour les enseignes de fast-fashion est réalisé à Tanger. Pouvait-on penser il y a quelques années que Tanger avec son port de transbordement deviendrait une méga zone franche, une des plus grandes dans la région avec Tanger Free Zone et bientôt Tanger Tech ?Pourtant aujourd’hui, même si telles n’étaient pas les vocations les plus évidentes, la ville a su et pu tirer le meilleur profit des atouts dont elle dispose.Chaque région, chaque ville, chaque commune ou localité dispose naturellement de moyens et de potentiels. Il revient aux élus et aux responsables de la gestion locale de trouver les meilleurs moyens de traduire ces atouts en emplois, en investissements et en croissance économique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *