Edito : Logiciel pour jeunes

Edito : Logiciel pour jeunes

La jeunesse marocaine a besoin seulement qu’on lui parle vrai et surtout d’écoute et de confiance.

Si ces dernières années, la classe politique n’a pas pu attitrer les jeunes ni les convaincre de s’engager c’est parce que, en grande partie, le référentiel avec lequel l’on adressait cette catégorie était tout simplement faux et obsolète. Et pour peu que l’on fasse un effort pour admettre que l’ancien logiciel n’est plus opérationnel et pour changer de paradigme, les jeunes peuvent surprendre. Il est évident que les jeunes ne sont pas totalement dénués de sensibilité à la chose publique.

D’ailleurs leur engouement et engagement dans certains types d’activités sociales montre clairement qu’ils ont une grille de lecture. Sauf qu’elle est différente de leurs aînés. Beaucoup de partis ont aujourd’hui des sections pour jeunes mais combien d’entre eux les impliquent véritablement et effectivement  dans les grandes décisions stratégiques concernant les prises de positions et l’avenir du parti ? Ils ne sont pas nombreux.

Combien de partis organisent de vraies rencontres dédiées à leur jeunesse, non pas pour venir seulement les mobiliser avec des discours mais surtout et aussi pour écouter leurs propositions et leurs visions ? Combien d’entre eux intègrent effectivement les idées nouvelles de leurs jeunes dans leurs programmes et leurs plans d’actions ? Certes, il y a nécessairement un effort à faire en matière d’encadrement, de formation, de coaching. Ceci est naturel. Mais rien ne peut valoriser et mobiliser un jeune que de lui redonner confiance en lui et de lui prouver par les faits et actes qu’il n’est pas là seulement pour meubler. Pour changer de logiciel, la classe politique devrait commencer d’abord par admettre humblement qu’elle a beaucoup à apprendre de la jeunesse…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *