Edito : Magie mortelle

Edito : Magie mortelle

Si l’en on croit les tenants de la libération des réseaux sociaux, aujourd’hui n’importe quel citoyen peut diffuser et publier comme il veut, quand il veut et tout ce qu’il veut à grande échelle sans devoir répondre à aucune loi ni règle ni la moindre contrainte.

Pour peu qu’il ait un smartphone équipé d’une caméra, une connexion internet et un compte sur un des réseaux sociaux les plus en vogue comme Facebook ou WhatsApp, on peut filmer des personnes à leur insu et diffuser auprès de millions. On peut se filmer soi-même en train d’insulter autrui nommément et en public. On peut relater des faits graves ou tenir des accusations lourdes contre qui on veut. On peut diffuser des éléments et documents relevant de la vie privée.

On peut diffamer, calomnier, mentir, humilier, violer, tuer…Tout le monde peut tout faire sur les réseaux sociaux avec la garantie absolue de l’impunité la plus totale. Certains appellent cela la magie des réseaux qui fait leur force.  Il est vrai aussi que certains devant en principe montrer la voie et donner l’exemple font exactement le contraire. Pas seulement au Maroc mais à l’international. Le cas le plus emblématique n’est autre que le président américain lui-même qui ne fait pas mieux.

Une fois c’est aux «pays de merde» qu’il s’attaque, une autre fois c’est aux journalistes américains ou encore au voisin mexicain dans des termes dignes de la rue… Avec un modèle pareil, il est difficile de demander à de simples citoyens internautes, marocains ou autres, de faire preuve de retenue. Pourquoi s’en priver du moment que l’élite s’y adonne elle aussi… ?   

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *