Edito : Mobilisation générale

Edito : Mobilisation générale

Les débats au Parlement sur le projet de loi de Finances vont commencer dans les jours qui viennent. Ils s’accompagneront probablement, comme à l’accoutumée, de toutes les tractations et petites batailles habituelles dans les coulisses par députés interposés.

Entreprises, associations professionnelles, opérateurs et autres acteurs connaissent bien le fonctionnement, l’arrière-boutique de la fabrication des lois et en maîtrisent les rouages, pour certaines d’entre elles. Tout cela relève du processus naturel d’un budget comme il s’en fait dans tous les pays. Mais si l’on en croit les signaux lancés récemment, de part et d’autre, la loi de Finances de 2019 est particulièrement compliquée au vu des contraintes budgétaires.

Certaines réformes, qui nécessiteront des budgets colossaux, doivent impérativement être mises en marche et ne peuvent plus attendre. Ces réformes sont cruciales et primordiales pour le pays tout entier et son avenir. Il s’agira donc que tout le monde s’inscrive dans un état d’esprit d’effort collectif dans l’intérêt général. Les uns et les autres devront donc trouver le juste équilibre entre, d’un côté, le jeu habituel des négociations basé sur le principe des concessions et contreparties et, de l’autre côté, la nécessité de mobiliser et fédérer les efforts pour le bien et l’avenir de tous. Le secteur privé a besoin d’être appuyé pour qu’il puisse investir de nouveau et créer des emplois.

Cela dit, il devra à son tour non pas faire des concessions mais s’engager sur des résultats. Il en est de même pour les syndicats dont le rôle est, évidemment, d’arracher des augmentations de salaires, entre autres avantages et acquis. A trop tirer sur la corde, elle finit par rompre, dit-on. Ce travail d’explication et de mobilisation générale est du rôle du gouvernement d’abord mais également de tous les acteurs aussi bien du champ politique, social qu’économique…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *