Edito : Partis d’une autre ère

Edito : Partis d’une autre ère

Visiblement une bonne partie de la classe politique n’a toujours pas compris ni bien reçu les signaux annonçant la rupture nécessaire et totale avec la pratique archaïque de la politique au Maroc.

Quand on regarde les rencontres de certains partis politiques, et non des moindres, que trouve-t-on comme contenu ? Encore et toujours, des discours guerriers et populistes, des réquisitoires contre les autres et très souvent aussi des attaques contre les personnes, le tout enveloppé encore dans un langage passéiste fait de lutte entre les institutions et les classes, de course aux positions, d’accusations de complots… Quand, à la fin de ce genre de rencontres, le Marocain lambda, le citoyen, le futur électeur, fait le bilan de ce que le parti lui propose comme solutions pour ses vrais problèmes, il n’y a très souvent rien à tirer.

Comme dans le passé, certains partis estiment que les propositions concrètes, les programmes et les solutions servent juste à meubler les discours de campagnes électorales. En d’autres termes, le parti parle aux citoyens de leurs problèmes juste à la veille des élections et seulement parce qu’il a besoin de leurs voix.

Comme si les problèmes des Marocains avec l’emploi, la santé, l’éducation n’existaient que l’espace de quelques jours, le temps d’une campagne. 

Et c’est bien cette manière de penser et faire la politique qui a fait fuir les électeurs. Les jeunes, en particulier, qu’ils soient affiliés ou non, ont besoin de trouver auprès des partis politiques des espaces où on les écoute et où ils peuvent exprimer leurs attentes, leur vision, leurs idées.

C’est cela qui va faire désormais la différence et plus seulement les rassemblements populaires où l’on fait le show…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *