Edito: Petites bonnes nouvelles

Edito: Petites bonnes nouvelles

Les comptes nationaux au premier semestre 2014 confirment le ralentissement du rythme de croissance de l’économie nationale. Cependant et à y voir de plus près, les chiffres laissent présager de bonnes nouvelles.

Il s’agit de petites nouvelles certes, mais quand même bonnes. Celles-ci concernent principalement la valeur ajoutée des secteurs secondaire et tertiaire qui a affiché une bonne croissance. Certes, cette bonne santé de l’industrie et des services n’est pas encore suffisante pour compenser totalement le ralentissement dans le secteur primaire et en particulier l’agriculture, mais elle nous rassure quant à la voie à emprunter par le Maroc.

L’autre nouvelle, tout aussi bonne, concerne les ménages dont la consommation repart à la hausse. Cela veut donc dire que les ménages marocains ont tout de même un peu le moral et c’est toujours bien pour une économie.

Malheureusement, ce lot de petites bonnes nouvelles est gâché par une autre un peu mauvaise. Elle concerne l’épargne nationale qui se trouve toujours dans un état de faible santé. Cet indicateur mérite bien que l’on s’y attarde avec un peu plus de sérieux en pensant à des solutions

plus novatrices et surtout efficaces. Car toutes les mesures prises pour encourager l’épargne ont tout simplement montré très tôt leurs limites.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *