Edito : Proximité intelligente

Edito : Proximité intelligente

Il était temps. Le ministère de la jeunesse et des sports vient de corriger une anomalie en décidant de rendre gratuit l’accès aux terrains de sport de proximité et des quartiers.

Pendant des années, l’Etat a déboursé des milliards de dirhams soit directement sur son budget, soit à travers les collectivités locales, pour réaliser des installations dont l’accès a été, par la suite, assujetti à paiement. Résultat : les terrains n’avaient de proximité que le nom puisqu’ils étaient accessibles, contre paiement, soit à quelques associations privilégiées, soit à des usagers qui n’avaient strictement aucun lien avec le quartier. Une aberration.

Cela dit, la gratuité totale ne réglera pas tous les problèmes. Il restera à trouver un modèle de gouvernance pour que ces terrains ne soient pas squattés à travers les passe-droits et le petit trafic d’influence et pour qu’ils soient véritablement ouverts aux jeunes. Pour cela, les pouvoirs publics, notamment le ministère de la jeunesse et des sports, peuvent utiliser la gratuité comme monnaie de change pour inciter les associations à plus de dynamisme dans l’encadrement et l’animation de la vie culturelle, sportive et citoyenne dans les quartiers.

Mais ces mêmes équipements publics peuvent aussi rapporter des recettes aux collectivités si elles savent en faire bon usage. Quand ils ne sont pas utilisés par les jeunes, ils peuvent servir d’espaces pour accueillir des manifestations, des concerts, des spectacles contre des droits de location que paieraient les organisateurs. C’est à travers cette péréquation intelligente que le ministère ou la commune peuvent dégager des fonds pour l’entretien et la maintenance des équipements sans avoir à débourser indéfiniment à fonds perdus.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *