Edito : Vaincre la peur

Edito : Vaincre la peur

En soulignant dans son dernier discours du Trône l’insuffisance des infrastructures physiques à enclencher une dynamique durable de développement, le Souverain a résumé en une phrase le vrai et seul enjeu qui attend les équipes qui seront en charge de mener la réflexion sur un nouveau modèle.

Construire des routes, des autoroutes, des ports, se doter d’infrastructures modernes est une condition nécessaire que le Maroc a remplie. Mais elle n’est pas suffisante. Les infrastructures sont un contenant qui n’ont de sens que par le contenu qui y sera mis sinon ce sera du gaspillage de milliards de dirhams de deniers publics. La richesse d’une nation ne se mesure pas seulement par son capital physique et matériel mais aussi et surtout par son capital humain et immatériel de manière générale.

Une autoroute, un port ou une usine sont sujets à l’usure du temps et ont une durée de vie limitée. L’immatériel comme la connaissance, le savoir, la science et les valeurs universelles et sociétales, quand elles sont inculquées, transmises, améliorées et enrichies de génération en génération sont un capital quasiment inusable. De même, avoir des textes de lois et des codes modernes et révolutionnaires ne sert à rien si de l’autre côté il n’y a pas de prolongement dans la société en termes de valeurs.

La construction d’un nouveau modèle constitue un tournant historique pour le Maroc car elle mettra à l’épreuve nos capacités à produire de l’intelligence collective, à enclencher les changements de référentiels et surtout à vaincre les peurs des uns et la résistance des autres. Dans tous les cas, l’appel royal a été on ne peut plus clair : L’heure n’est plus aux questionnements mais à l’action.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *