Edito : Veille stratégique

Edito : Veille  stratégique

En 2008, au moment de l’éclatement de la crise mondiale connue sous le nom de la crise des subprimes, le Maroc s’était doté d’une petite cellule de veille stratégique.

L’objectif de la cellule, appelée aussi comité, était de surveiller de près l’évolution de l’économie, d’anticiper les ondes de choc provenant de l’extérieur et de prendre, le cas échéant, les mesures de sauvegarde. Avec du recul, l’exercice a globalement bien fonctionné et rempli sa principale mission qui était d’éviter à l’économie marocaine les effets dévastateurs observés dans d’autres pays. L’économie marocaine a réussi à traverser les turbulences mondiales avec le moins de dégâts possible. Même mieux. L’exercice de veille stratégique a permis à l’économie marocaine de saisir des opportunités très intéressantes en attirant des capitaux et des investisseurs au moment où ils étaient en train de redéployer leurs implantations fuyant l’effondrement qu’ont connu certains pays.

Mais dès que l’accalmie mondiale est revenue et la situation d’urgence progressivement levée, les pouvoirs publics ont abandonné cette belle expérience qui, pourtant, serait d’un grand secours aujourd’hui. Même si les menaces qui pèsent aujourd’hui sur l’économie sont essentiellement endogènes, d’origine interne, contrairement à 2008, les conséquences risquent d’être les mêmes. La veille stratégique telle qu’elle a fonctionné en 2008 et 2009 n’apportait pas de solutions miracles mais permettait au moins une concertation, certes informelle, mais continue et intensive entre tous les agents et opérateurs économiques, notamment l’administration, les banques, le secteur privé, les experts, le tout dans une ambiance débarrassée des rapports de force et dans un seul et unique objectif : l’entreprise Maroc et rien d’autre.

Aujourd’hui les quelques rares espaces de concertation disponibles comme le Parlement n’offrent pas cette agilité que nécessite l’action collective en urgence…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *