Edito : Vérités statistiques

Edito : Vérités statistiques

Parfois la profusion de diagnostics et de débats détourne l’attention de faits chiffrés, avérés et limpides qui se passent de tout commentaire. Mercredi dernier, en marge de sa présentation annuelle de la situation et perspectives économiques, le haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi, a fourni deux éléments parlants qui donnent à réfléchir.

Le premier renseigne sur l’ampleur des inégalités entre les différentes couches de la population. Ainsi, les statistiques démontrent que les ménages les plus pauvres consacrent 90% de leurs dépenses à deux types de besoins vitaux que sont la nourriture et le logement. Autrement dit, pour tout le reste, comme la scolarité des enfants, la santé, qui ne sont pourtant pas superflues, ou encore les loisirs, le voyage, ces ménages les plus défavorisés ne disposent que des 10% qui leur restent de leur budget. Les ménages à revenus intermédiaires ne sont pas tellement mieux lotis puisqu’il leur reste à peine 27% du budget pour couvrir toutes les dépenses en dehors de la nourriture et du logement. En revanche, chez les ménages les plus aisés, la proportion restante après les besoins vitaux atteint le niveau respectable de 56%. Et comme les ménages aisés sont très probablement une minorité infime, la conclusion à en tirer est la suivante : pour une majorité de ménages marocains, le fruit du travail sert presque exclusivement à se loger et à manger. On comprend donc au passage l’envolée de l’endettement et des crédits.

La deuxième information livrée en aparté est qu’à ce jour, aussi incroyable que cela puisse paraître, le Maroc ne dispose pas d’une statistique simple mais combien précieuse pour la prise de décision: le revenu moyen. A part les quelque 4 millions de salariés qu’on peut pister parce que taxés à la source, aucune information n’est aujourd’hui disponible sur le revenu moyen.

Comment peut-on espérer élaborer des politiques publiques bien ciblées si l’on ne dispose pas d’une donnée aussi élémentaire ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *