Edito : Vulgarisation

Edito : Vulgarisation

La série d’arrêts publiée en début de semaine par la Cour des comptes a donné de la matière aux médias et réseaux sociaux. L’action de la Cour procède d’une bonne intention, à savoir informer le grand public et les parlementaires de tous les efforts des magistrats de la Cour pour moraliser la vie publique, veiller au respect des règles de transparence en matière de gestion publique et, in fine, sauvegarder les deniers publics.

La démarche de la Cour permet aussi d’ancrer le principe de la responsabilité et de la reddition des comptes en donnant et en montrant son application dans les faits. Et au passage, cela contribuera, probablement, à améliorer l’image du Maroc à l’international. Tout cela, personne ne peut en douter et encore moins des intentions de la Cour ni de l’intégrité de ses magistrats.

Mais le fait est que la publication de documents, comme les arrêts de cette semaine, quand elle n’est pas précédée, entourée, bordée par toutes les explications méthodologiques nécessaires, peut donner lieu à des interprétations fausses et même préjudiciables à l’égard de responsables qui n’ont strictement aucun lien avec les faits.

Même si les arrêts de la Cour des comptes sont explicites et datés, l’opinion publique ne retiendra finalement qu’une seule et unique conclusion : le responsable de telle institution a été épinglé pour dilapidation et mauvaise gestion de deniers publics. Et le plus souvent, comme en attestent les commentaires et réactions qui ont suivi la publication, c’est le responsable actuel qui est pointé du doigt au moment où les dates des faits publiés par la Cour précèdent son arrivée.

Pour faire vraiment utile, et en plus des documents rédigés dans une terminologie juridique implacable destinés aux initiés, la Cour des comptes devrait peut-être penser à les accompagner de documents de vulgarisation destinés au grand public et aux médias aussi…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *