Éditorial

L’anarchie infligée au pays cette semaine par les transporteurs en grève sauvage est lourde de menaces multiples. Nous ne reviendrons pas sur les aspects sécuritaires multiformes de la question. Ils ont été surabondamment traités. Mais on peut, par contre, s’arrêter sur ce qui a, peut-être, échappé à l’analyse. Les tenants de l’économie de rente au Maroc — ceux-là ne sont pas, d’ailleurs, réductibles au seul secteur du transport — sont prêts à toutes les aventures pour bloquer les réformes. C’est l’idée de réforme en elle-même qui est visée. Pour installer le statu quo, l’argumentaire développé est assez malhonnête. Le postulat de base : le Maroc n’est pas la Suède. Cela, on le sait, mais cette idée installe déjà une différenciation méprisante qui est censée annihiler toute réflexion. Deuxième énoncé: il faut réformer le Maroc en tenant compte de ce qu’il est. C’est-à-dire s’aligner sur les standards les plus bas en confortant l’incivisme, l’indigence éthique et le sous-développement. Dans l’affaire du projet de nouveau Code de la route, tout le discours qui met en avant le contexte marocain pour disqualifier ce code alors qu’il y a une grande désinformation sur son contenu relève de ce «relativisme» dangereux. Comme si les Marocains, notamment en matière de sécurité routière, ne méritaient pas le meilleur. Dernier énoncé : Il faut réformer la justice, la police, la gendarmerie, les mentalités, etc. avant d’arriver au Code de la route. Ce préalable est connu. Il a toujours justifié au Maroc tous les immobilismes, et toutes les lâchetés politiques et intellectuelles. Au moins depuis 50 ans. Avec cette belle mentalité, on ne fait pas d’autoroutes, on ne fait pas de Tanger-Med, pas de nouveau Code de la route… On ne fait rien. Il faut récuser ces arguments. Et maintenir les réformes et les projets de modernisation de ce vieux pays. Contre tous les rentiers, tous les conservatismes et tous les défaitismes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *