Éditorial

Obama est toujours excellent quand il fait du Obama. Son discours du Caire à l’adresse des Musulmans et des Arabes est un chef-d’œuvre du genre. De la séduction, de l’éloquence, de l’élégance, de l’émotion, et une affirmation, comme toujours, des principes qui fondent la nation américaine. On ne peut pas en attendre moins d’un président des USA. Maintenant sur le fond, ce discours a le mérite d’exister. Et c’est beaucoup. Il ne règle pas tous les problèmes pendants, mais il renoue le fil du dialogue avec les masses musulmanes durablement désespérées par la politique impériale de ce pays à leur égard. Obama, en quelque sorte, reprend la main : une bonne connaissance de l’Islam et des Musulmans, une disponibilité culturelle évidente, une forme de compassion et un souci manifeste de rééquilibrage géopolitique. Mais comme personne n’est dupe, Obama —et ses ruptures promises — est attendu sur le terrain de la réalité et non pas sur celui de la communication, de l’image, de la rhétorique ou de la séduction. Son dossier majeur porte un seul nom : la Palestine. C’est sur ce terrain que les Arabes et les Musulmans du monde vont mesurer sa politique. Il faut qu’il avance vite sur ce sujet et qu’il apporte du concret. S’il est capable d’imposer assez vite  et en début de mandat — ce qui est historique — à un exécutif israélien, actuellement fragile et caricatural, des négociations sérieuses qui aboutissent, comme le souhaite désormais toute la communauté internationale, à la création d’un Etat palestinien viable et indépendant, il aura gagné son défi. Faire reculer les intégrismes, en finir avec la guerre supposée des civilisations, œuvrer pour le respect et la dignité des peuples et des nations, promouvoir la démocratie et les droits humains, etc.  Sinon, il n’aura été qu’une belle promesse qui dure ce que durent les roses. Même quand elles sont pourpres.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *