Éditorial

On n’a pas besoin d’être grand clerc, pour saisir que  le Plan Bleu est un pas important vers la croissance et la mise à niveau du secteur de la pêche au Maroc. Une autre  vision stratégique sectorielle. Enfin, on serait tenté de dire. Ce secteur a un potentiel énorme. Il peut contribuer d’une manière décisive au développement durable du pays. Il peut créer de la valeur, de la richesse et de l’emploi. Mais pour cela, il faut rompre avec les pratiques du passé. Pendant longtemps, le pillage des ressources, la rente, l’informel, la contrebande, l’offshoring douteux, le trafic, les faux débarquements, les débarquements en haute mer, etc. ont marqué le quotidien de ce secteur. Ce ne sont pas véritablement ses heures de gloire. En tout cas pas pour les pêcheurs pauvres, les villages de pêche abandonnés, les industries sacrifiées ou même les simples consommateurs qui ont continué à ne pas trouver de poisson et, même quand ils le trouvaient, il était hors de prix. Aujourd’hui, cette page est tournée. Une volonté politique s’exprime au plus haut niveau du pays pour permettre à ce secteur et aux gens de qualité qui portent des ambitions pour lui — ils existent, aussi — de sortir de cette image négative, d’entrer sérieusement dans la modernité,  et de mettre la pêche au service de la nation. Bien sûr tout cela se fera avec les professionnels du secteur. Leur contribution est un facteur de réussite du projet. Il ne pourra pas se faire contre eux, ni sans eux. Cependant, comme dans tous les secteurs dans notre pays, c’est à la fraction, ou la frange, la plus professionnelle, la plus honnête, la plus éclairée, la plus innovante, la plus transparente d’agir et d’être considérée par les pouvoirs publics. Si le ministère de la Pêche, sans mettre en avant sa réelle volonté de modernisation, cède aux groupements qui ont plus une capacité de nuisance, notamment médiatique, qu’une capacité de représentation et d’action, le Plan Halieutis serait inutilement chahuté. Et ce n’est pas de cela dont la pêche marocaine a besoin aujourd’hui.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *